Interview et visite de L’Atelier du Malt (Courpière 63)

En cette nouvelle année, P.M.E.A est parti à la rencontre d’un brasseur tout proche de chez eux. En effet, c’est à Courpière (63) que nous avons retrouvé Hugues Selvaggini, brasseur de L’Atelier du Malt, qui nous a réservé un accueil chaleureux dans ce beau mais froid pays du Livradois-Forez.

p1010835.jpg

Est-ce que tu peux te présenter, nous expliquer ton parcours et l’historique de la brasserie ?

P1010878.JPGJe suis issu du secteur industriel, j’étais responsable de production dans la plasturgie en Haute-Savoie. Vers 40 ans, j’ai eu un peu marre de mon quotidien. Cela faisait un moment que je souhaitais changer de voie professionnelle mais sans trop avoir d’idées parce que je n’avais pas d’autre formation. Par contre, j’étais vraiment intéressé par une activité artisanale. Et puis, à côté de ça avec ma femme, nous voulions venir en Auvergne car on aimait bien cette région et nous étions donc à l’affût d’opportunités professionnelles. Un jour, on a remarqué une annonce du parc du Livradois-Forez qui souhaitait favoriser l’installation d’un brasseur.

J’ai commencé à chercher, à faire des stages pour faire de la bière. J’ai surtout fait une grosse enquête métier en allant voir des brasseurs, en Franche-Comté en l’occurrence. Ce qui me plaît dans cette activité, c’est qu’il y a une partie production, une partie technique (ce que j’étais déjà habitué à exercer par le passé), la partie commerciale et la logistique. C’est ce « package » là qui me plaisait, cela permet de faire un peu de tout.

Donc pour en arriver là, j’ai d’abord appris à brasser avec la brasserie de l’Artmalté à Annecy puis je me suis payé une formation à Nancy à l’IFBM. Enfin, en 2013, j’ai entamé une étude de marché durant 6 mois afin de savoir comment se positionner et j’ai pu démarrer la brasserie en août 2014 à Escoutoux. J’ai fini par déménager la brasserie sur Courpière, dans une ancienne usine d’inox, adaptée à tout mon équipement, avec un point d’accueil et de vente.

 

Est-ce que tu peux nous présenter ta gamme ?

Alors, j’ai une gamme permanente de 5 bières :

P1010866.JPG. J’ai une bière blanche, la dame blanche d’Auvergne, moitié malt d’orge et moitié blé qui a reçu un prix « Le Fourquet d’Argent de Saint-Nicolas-de-Port » en 2017.

. Une blonde Pills traditionnelle que je maintiens parce que c’est vrai qu’ici on est quand même dans un secteur semi rural et que les IPA ça ne passe pas toujours, c’est une bonne bière d’appel.

. Une blonde IPA aux saveurs de citron et d’agrumes.

P1010870.JPG. Une bière ambrée de type Strong Ale, saveurs de café, houblonnage poivré pour un final sucré.

. Et enfin un Milk Stout avec un bon goût de malt torréfié et notes de café.

En bière de saison, j’ai la bière de Noël, qui est une brune avec de la cannelle, muscade et écorce d’orange douce.

Cette année, je vais pouvoir commencer à faire des bières en « dry hopping » (houblonnage à froid) avec un tout nouveau fermenteur équipé d’une trappe sur le dessus. Pour finir, j’ai une bière de printemps qui est prévue…

P1010868.JPG

 

Tu peux nous expliquer un peu ton étiquette ?

Avec ma femme, on voulait quelque chose de féminin, pour exprimer une certaine douceur. L’idée de départ c’était que les cheveux de cette femme fictive donnent la couleur et la recette de la bière. L’étiquette à fond noir est présente sur les bières permanentes. Dès que c’est une étiquette avec un fond de couleur, c’est une bière de saison. Nous voulions quelque chose de simple et d’épuré.

P1010847.JPG

 

Quels sont tes projets pour 2019 ?

Je souhaite me développer un peu, notamment sur mon outil de production. J’aimerai pouvoir faire des brassins de 10 hectolitres pour diminuer mon temps de brassage par deux pour me dégager du temps, pour être plus présent pour démarcher mes revendeurs ou pour faire la promotion de la brasserie. Cela me permettra également de me projeter un peu plus et retrouver une certaine créativité pour de nouvelles recettes.

En 2020, j’aimerais bien collaborer avec un autre brasseur à l’étranger. Aller me balader du côté de l’Irlande ou de l’Écosse par exemple, histoire de se faire plaisir tout de même dans ce cadre professionnel, et de trouver un alter-ego pour faire de la bière.

 

P1010937.JPGQuelle est ta bière coup de cœur du moment ?

Il y a toujours une bière qui me vient, c’est un peu un coup de cœur mais c’est surtout nostalgique. C’est elle qui m’a fait découvrir les IPA à l’époque où le projet de la brasserie est né dans ma tête, il s’agit de la Jaipur de chez Thornbridge.

 

Si tu devais décrire la bière en un seul mot ?P1010877.JPG

Je dirais « partage ». C’est ce qui m’a séduit dans la bière. La bière a tendance à ouvrir les gens les uns envers les autres. Ce que j’aime dans la bière, c’est que ce n’est pas prise de tête.

 

Plutôt « Petite mousse entre amis » ou « Petite mousse en solo » ?

Entre amis bien sûr ! Cela peut arriver tout seul, mais c’est vraiment très rare… Nous avons aussi un rituel avec ma femme, puisque le soir, on s’ouvre une bonne bière et on passe un moment convivial et chaleureux.

 


 

Atelier du Malt

12 rue de Valette
63120 Courpière

04 73 51 97 40

P1010839.JPG

Par Loïc, Loren et Matt.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑