Interview du Beerland (bar à bières de Clermont-Fd)

Ouvert depuis le 16 avril 2016, le Beerland va fêter ses 3 ans le samedi 13 avril ! Nous avons rencontré Isabelle et Renaud, le couple gérant de ce bar à bières de Clermont-Fd pour nous en dire plus sur ce lieu atypique et sur leur passion pour la bière :

image1

 

Pouvez-vous vous présenter, nous raconter votre parcours et nous expliquer comment vous est venue l’idée d’ouvrir un bar à bières ?

Renaud: Il s’agit de notre première affaire, qui est vraiment issue d’une passion pour la craft-beer. Nous voyageons beaucoup en Europe et avons découvert de nombreux endroits très sympas, avec un large choix de bières,  dans un lieu agréable et propre. C’était une démarche assez personnelle car nous voulions trouver ce genre de lieux à Clermont-Ferrand.

Isabelle: Et puis nous étions arrivés à un point où nous ne sortions presque plus. Nous nous réunissions à la maison ou chez des amis pour goûter les différentes trouvailles de chacun. On était presque arrivé à 500 bières dans notre garage ! Nous avions converti des amis à la bière artisanale, on s’est dit qu’il devait bien avoir d’autres personnes intéressées…

Pouvez-vous nous en dire plus sur le concept du bar ?

Renaud: Nous sommes fiers d’être indépendants, nous ne sommes pas une chaîne, nous n’avons pas de contrats brasseurs. Nous avons donc tout acheté nous-mêmes (mobilier, verres, décoration…) pour pouvoir choisir nos bières.

Isabelle: Nous n’étions pas dans cette profession auparavant, tout comme les trois personnes qui travaillent avec nous. Nous les avons recrutés par rapport à leurs connaissances dans la bière et non pour leur expérience dans les bars.

Renaud: Nous avons douze becs, toutes les bières sont au même prix, l’un des buts de cette démarche est de conseiller les clients plus par rapport à leurs goûts que par rapport à un prix… Nous aimions également ce quartier, avec des commerces et restaurateurs locaux, il nous fallait une grosse cave juste en dessous pour accueillir les douze futs (sans compter le stock).

Isabelle: Lors de notre recherche, on souhaitait un endroit avec un grand comptoir, c’est là où il y a de la vie, de l’échange, on peut plus facilement discuter et conseiller… On fait pas mal de « flight » aussi (planche avec quatre verres de dégustation). Au début nous n’étions que deux, on n’avait pas mis ça en place tout de suite. Mais, même nous quand nous voyageons, nous adorons ce format, c’est l’idéal pour goûter un maximum de choses, du coup on l’a rapidement proposé.

image5
Renaud avec une partie de l’équipe.

Et le nom, d’où est-il venu ?

Renaud: Assez naturellement. On ne cherchait pas forcément quelque chose d’anglophone, mais nous avions trouvé ce nom assez simple et qui sonnait bien.

Isabelle: Nous parlons tous anglais, Renaud italien, moi espagnol, avec les recherches sur internet, Michelin etc… nous avons une petite communauté internationale du coup, même si ce n’était pas forcément fait exprès à l’origine… Je communique même souvent avec le terme « Beerlandaises, beerlandais », comme si nos clients étaient de la communauté « Beerland ».

Renaud: ça fait un petit côté « Groland » marrant également…

LOGO

Comment effectuez-vous le choix des brasseries et bières servies ?

Renaud: J’essaye d’avoir douze bières différentes. J’aime bien les bières houblonnées, donc il arrive parfois d’avoir deux-trois I.P.A en même temps…

Isabelle: On essaye toujours d’avoir une blonde, une blanche, une ambrée, une brune…

Renaud: Nous prenons en compte le degré d’alcool aussi. Nous mettons une bière par brasserie, qu’on souhaite faire partager suite à une rencontre lors d’un festival ou à une dégustation en bouteille (puis nous contactons la brasserie) etc… Nous jouons aussi sur différents pays d’origine, ce qui permet au final, à coup sûr, de trouver la bière qui convient au client.

 

Avez-vous remarqué une évolution dans les habitudes de vos clients ?

Renaud: Oui, complètement, au début nos clients avaient plus l’habitude de venir boire quelque chose de standard (une blonde classique, une bière à la cerise etc…), puis au fur et à mesure, ils goûtaient autre chose (pale ale, IPA, double IPA…)

Isabelle: Certains, quand ils partent en vacances, nous ramènent une bonne trouvaille ou inversement, ils reviennent déçus car ils n’ont trouvé que de la bière industrielle. Des fois, nous disons que l’on crée des clients « petits monstres » qui, quand ils vont dans d’autres bars plus classiques, vont être déçus par la carte et être plus pénibles pour ces confrères (rires).

Renaud: On ne sert pas de Monaco, Panaché ou bières au sirop par respect pour les produits et les brasseurs… Au début, il fallait souvent expliquer pourquoi. Les gens le comprennent et maintenant, ils ont pris l’habitude.

image2

Quel est le genre de bière qui s’écoule rapidement et inversement ?

Renaud: Les bières houblonnées (IPA etc..) s’écoulent rapidement. Après en 2ème peut-être les bières plus « féminines » (mais pas au sens péjoratif), c’est-à-dire  plus douces, plus sucrées, plus fruitées… nous avons d’ailleurs une clientèle très féminine.

A l’inverse, les bières plus fortes en alcool, les bières noires (surtout en été), celles avec un ingrédient typé (piment…) s’écoulent moins rapidement. Lorsqu’on avait commencé les premières bières plus particulières (smoked beer, sour…), on avait mis un peu de temps à passer le premier fût de 30L. Puis, peu à peu, elles ont trouvé leur adeptes, c’est pour ça que nous en avons toujours une de disponible en général.

Isabelle: Notre meilleur(e) client(e) reste celle ou celui qui dit « j’aime pas la bière ! ». C’est un joli challenge pour nous de trouver la bière idéale qui leur plait et une grande satisfaction de les voir revenir par la suite en demandant des conseils pour découvrir autre chose.

Y a-t-il des projets ou changements en vue pour votre 3ème année ?

Nous allons développer les « Tape Take Over ». Nous en avons fait quelques-uns en 2018 et nous allons essayer d’en faire un par mois dorénavant. Cela permet un échange entre les dégustateurs et les brasseurs directement. Nous aimerions bien pousser les murs mais cela va être compliqué… (rires).

Nous étions à Rome en octobre pour l’EurHop, on va essayer de proposer des brasseries que l’on ne voit pas forcément souvent… La Brasserie des Sagnes va nous faire une nouvelle bière, ainsi que La Débauche suite au T.T.O avec eux.

Nous ouvrons aussi désormais 7 jours/7. Le dimanche, nous faisons « l’happy day », avec un tarif privilégié sur les pintes toute la soirée, sans contrainte d’horaires.

IMG_20190224_193156

Quelle est ta bière coup de cœur du moment ?

Isabelle: Sans être « chauvine », la bière que nous a réalisé la Brasserie des Sagnes pour nos 2 ans l’an dernier, la « New Beerland IPA », une bière très équilibrée qui, même après 1 an, plait et me plait toujours autant !

Renaud: La Cherryleader de La Débauche ou leur Amorena plutôt, à 14°, qu’ils brassent avec de la cerise, pâte d’amande, prune… et brettée. On ressent bien tout ça de façon très équilibrée !

Isabelle et Renaud : … et niveau brasserie, ce serait To Øl.image8

 

Si tu devais décrire la bière en un seul mot ?

Isabelle: le partage !

Renaud: convivialité et découvertes !

Plutôt « Petite mousse entre amis » ou « Petite mousse en solo » ?

« Entre amis » sans hésiter, c’est plus triste tout seul, une bière partagée c’est tout de suite plus sympa !

Par Loren et Loïc.

Un commentaire sur “Interview du Beerland (bar à bières de Clermont-Fd)

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑