Bieronomy.com l’interview !

Début août, je me suis rendu dans LE shop du beergeek en ligne, Bieronomy.com à Seynod prés d’Annecy.

J’ai pu y rencontrer l’équipe et avoir une entrevue avec Nicolas Dumortier, co-gérant de Bieronomy.com et organisateur du Lyon Bière Festival.

13133336_1818476115065126_4618714585597507302_n


 

Peux tu nous présenter Bieronomy.com ?

Bieronomy.com, c’est l’histoire d’un passionné de whisky (Michel) et d’un passionné de bière (moi Nicolas), qui se rencontrent grâce à la musique. Michel et moi-même voulions créer quelque chose autour de la bière. Moi je connaissais bien le produit (je suis originaire du Nord…) et Michel (ancien directeur dans une agence de communication) savait gérer une entreprise. A la base, nous voulions monter un très gros projet qui s’appelait Beer Garden: un supermarché de la bière avec des références craft… une grande salle de dégustation… Le projet a été lauréat d’Annecy Initiative mais les banques n’ont pas suivi ! Nous nous sommes repliés sur la bière en ligne, avec déjà quelques concurrences sur le marché !

P1030184.JPG

Nous avons donc ouvert la cave en ligne en avril 2016 et la cave « physique » à Seynod en décembre 2016 (avec tout de même un an et demi de cave à bière dans le garage de Michel, perdu en pleine campagne entre juillet 2015 et novembre 2016).

P1030185.JPG

Nous avons maintenant 4 activités : le web, la cave, la distribution et l’événementiel avec le Lyon Bière Festival. Nos ventes se répartissent à environ 50% à la cave, 40% du web et 10% sur la distribution. Nous sommes actuellement à plus de 1 000 références, françaises et internationales, avec certains produits en exclusivité.

P1030171.JPG

 

Peux-tu nous présenter l’équipe ?

  • Michel Masurel co-fondateur, ancien DJ international. Il est le gérant de Bieronomy. Il chapeaute la stratégie commerciale, il gère le SAV, l’administratif, la distribution

  • Axel (fils de Michel) qui s’occupe de toute la partie web et de toute la communication via les réseaux sociaux. Il est très attentif sur ce qui se passe sur internet.

  • Je suis Nicolas Dumortier, co-fondateur, associé et passionné. J’ai une activité principale qui est l’enseignement des mathématiques à Genève. Pour Bieronomy, j’assure une partie de la stratégie commerciale, du référencement, et une grosse partie de l’organisation du Lyon Bière Festival ainsi que toute sa programmation. Je fais souvent le relais avec les médias. J’essaie, quand j’ai du temps libre, d’aller voir ce qui se passe ailleurs: les festivals, voir ce que font nos confrères… J’organise aussi des soirées autour de la bière et de la gastronomie, des ateliers de découverte de la bière artisanale.

51119323_2403359213243477_4596815420014460928_n.jpg
Nicolas, Michel et Axel
  • Valérian qui nous a rejoint en juin et  qui vient de la cave à bières « L’instant T » à Nîmes. Il a une bonne expérience sur la bière et c’est un excellent vendeur.

  • Laurent prépare les commandes du site web et le réassortiment…

  • Claudine, l’épouse de Michel, gère la comptabilité. Mes parents viennent aussi souvent nous donner un coup de main dans les grosses périodes. C’est une entreprise familiale et amicale !

67178055_2518918615020869_6387783852932202496_n
Laurent et Valérian

 

Peux-tu nous parler du Lyon Bière Festival ?

Lyon est devenu un festival incontournable des amateurs de bonnes bières, des geeks et des professionnels du secteur. Nous voyons chaque année venir un peu plus d’étrangers. Il y a environ 50% d’amateurs, 25% de Geeks et 25% de curieux.

image00018

La première édition a eu lieu à l’Embarcadère avec une trentaine de brasseries et 4 500 personnes présentes. Deuxième édition : changement de lieu, avec 80 brasseries, 6 000 entrées. Troisième édition : 100 brasseries, 9 000 entrées . Et la dernière édition : énorme succès avec 120 brasseries et 11 500 entrées. Nous avons atteint cette année les limites du festival dans le sens où il est difficile de trouver un lieu plus grand en restant dans des budgets raisonnables. Organiser un tel festival est un investissement colossal (financier et humain) ! On n’a pas le droit à l’erreur !

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour la 4ème édition nous n’étions qu’une dizaine de personnes dans le noyau dur de l’organisation avec notre partenaire le Petit Bulletin Lyon et les bénévoles (sans qui le festival n’aurait pas lieu !)

La programmation étrangère participe clairement au succès du festival avec aussi les 50 meilleures brasseries françaises !

 

 

 

 

 

 

 

 

On prépare la 5éme édition (11-12 avril 2020): édition anniversaire ! Ce sera dans le même lieu. Nous allons prendre en compte les critiques que l’on a écouté attentivement. Cette édition sera de nouveau orientée vers des brasseries innovantes.

J’assure la programmation des brasseries, les événements off, conférences, masterclasses… Je ne peux pas trop en dire plus pour le moment, mais il y aura de belles surprises !

70352765_670301520113201_6491233002159341568_n.jpg

 

Comment avez-vous vu évoluer la consommation en France ?

Il y a eu beaucoup de nouvelles brasseries, avec beaucoup de nouveaux concepts liés à la bière. Mais c’est un secteur où il reste encore beaucoup à faire. Nous sommes très sollicités par les brasseries françaises mais nous devons avant tout nous adapter à notre public qui demande de plus en plus de styles de bière s’inscrivant dans l’air du temps. C’est pourquoi, nous ne pouvons malheureusement pas référencer toutes les brasseries artisanales françaises. De ce fait, il arrive parfois que nous faisions des déçus.

P1030179.JPG

Les brasseries étrangères se montre parfois en avance sur certains styles ou techniques de brassage, qui se justifie par le fait qu’elles brassent de la bière depuis plus de temps sur des marchés beaucoup plus importants. Elles ont souvent accès à une plus large clientèle et les matières premières sont parfois à portée de mains… Nous sommes encore le pays du vin mais la part de la bière dans la consommation ne cesse d’augmenter. D’ailleurs, les français rattrapent leur retard à grande vitesse en sortant des produits d’une grande qualité, le tout accompagné d’une meilleure stratégie commerciale et marketing (style de la bière, packaging, etc.).

P1030174.JPG

Certains font d’ailleurs appel à des artistes pour la réalisation de l’étiquette, collaborent avec d’autres grands noms de la bière… La bouteille de bière est devenue un objet d’art, tout comme la canette qui débarque dans les chaînes de production des brasseries artisanales de l’Hexagone.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les clients sont de plus en plus connaisseurs, et veulent des produits neufs !

Nos clients en ligne sont souvent des amateurs ou des geeks qui s’orientent sur des nouveautés, principalement étrangères. Beaucoup de brasseries anglaises mais aussi quelques brasseries françaises très en vogue. Ils savent ce qu’ils cherchent. C’est très rare de vendre une référence classique sur le Web. Les clients sont de plus en plus nombreux, fidèles et avec un panier d’achat qui augmente.

De nos jours on déguste une bière avec un smartphone à la main et on partage une expérience de dégustation.

p1030175.jpg

Nous sommes arrivés à un rythme de croisière qui est de 10 à 20 commandes par jour, sans compter les Beer Box.

A la cave ce sont des clients locaux, qui pour certains cherchent des conseils d’achats. Beaucoup s’orientent sur des produits plus consensuels…

Nous vendons les mêmes produits en ligne et à la cave et aux mêmes prix ! Nous essayons au maximum de faire abstraction des notations liées à la bière sinon nous ne référencerions quasiment que des Imperial Russian Stout BA ou des DIPA.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

As-tu une brasserie coup de cœur en ce moment ?

Je suis de plus en plus surpris par ce que l’on peut déguster en France, notamment dans le domaine des sours et fermentation mixte… Je n’ai pas de préférences mais il faut tout de même reconnaître qu’il y a un top 30 en France l’on se prend de sacrées claques ! Je reste pour ma part aussi très attaché aux bières du nord de la France ou produites en Belgique, comme les saisons, les styles de bières fermières par exemple.

 

Comment définis tu la bière en un mot ? P1030188

Plaisir, populaire surtout. Déguster une bière de manière trop cérébrale c’est une autre approche. J’aime le côté convivial sans prise de tête, sans écrire des lignes dessus. Partager une bière sur les réseaux sociaux n’est pas la même chose que de la partager en vrai. Il ne faut pas que ce soit élitiste ; après, c’est sûr qu’une canette à 10€ sélectionne d’elle-même la clientèle !

 

Plutôt petite mousse entre amis ou en solo ?

Entre amis ! L’essentiel de ma cave est partagé avec les amis et la famille, c’est très pédagogique. Tout amateur de bière a envie d’expliquer comment est faite la bière, pourquoi, donner son avis… Boire en solo c’est assez rare.

 

Petit plus, grosses infos :

Nous inaugurerons prochainement notre toute nouvelle salle de dégustation avec une sélection de 8 bières au tirage ainsi que des bières bouteilles et des canettes d’exception ! Nous en profiterons pour mettre en place des événements réguliers à Bieronomy au travers d’un club de dégustation, de soirées bières et gastronomie, et j’étudie actuellement la possibilité d’animer une chronique.

Nous aurons à la rentrée de grosses références américaines et d’Europe du nord car nous avons beaucoup de demandes.

70885104_2559077814338282_4269301537806745600_n.jpg

Page Facebook  –  Page Instagram

 

Par Matt

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑