Brew-Vernet, nouvelle brasserie en Auvergne

Je connaissais Mathieu déjà avant. Nos chemins se sont re-croisés naturellement avec la bière. Sa grange a beaucoup changé en peu de temps et accueille désormais sa nouvelle brasserie à Brout-Vernet (03) (vous noterez l’habile jeu de mot). Nous avons pu échanger sur la création de son projet.

brew_vernetPeux-tu te présenter, ton parcours avant l’ouverture de la brasserie ?

Au début j’avais fait une formation « maintenance industrielle » avec une spécialisation dans les dispositifs médicaux, donc une partie biologie, et alors que je travaillais en tant qu’assistant médico-technique dans les Landes, j’ai rencontré il y a 7 ans environ, un brasseur d’origine anglaise : Hasparren. Cet univers m’a fortement intéressé et je me suis lancé dans le brassage amateur. Ensuite, je suis tombé sur une annonce de la Brasserie du Mont-Blanc qui cherchait quelqu’un, j’y ai travaillé pendant une année environ, j’ai appris plein de choses, surtout sur le côté industriel. J’ai quitté mon poste, j’avais en tête de travailler pour moi-même, en mettant le produit en valeur, sans produits chimiques, sans correctifs de PH, clarificateurs, ni pasteurisation…

Après, je suis parti en voyage 6 mois au Pérou et je suis tombé par hasard sur le festival des micro-brasseries à Lima. J’ai rencontré là-bas un franco-péruvien qui avait une brasserie (BeerStache) où j’ai travaillé pendant un mois aussi.

P1030223.JPG

 

Depuis combien de temps avais-tu décidé de créer ta propre brasserie ?

C’est en rentrant de voyage que je me suis vraiment lancé dans ce projet. Je ne savais pas trop où m’installer mais j’avais cette maison familiale, je me suis dit qu’il y avait du potentiel ici avec la grange accolée. L’ensemble de la création de ma micro-brasserie m’a pris 2 ans environ. Demander des devis, les calculs, chercher des fournisseurs… ça va un temps, mais au bout d’un moment il faut se lancer.

 

Entre le financement, les démarches administratives, les travaux… qu’est ce qui a été le plus compliqué pour toi ?

Les démarches administratives, et notamment le permis de construire pour l’agrandissement et la création d’un point de vente. Le plus compliqué est de trouver la bonne personne à qui t’adresser pour telle ou telle chose car il y a tellement de sons de cloche différents que tu ne sais plus qui écouter au bout d’un moment.

Pour le financement, c’était plus facile. J’ai fait une formation « créateur d’entreprise » de deux mois et demi à la chambre des métiers car c’est un univers que je ne connaissais pas. J’ai pu avoir le privilège de choisir entre deux banques et avoir quelques subventions et crédits à taux zéro de la Communauté de Commune, de la région etc…

P1030221.JPG

Comment se déroule les premières ventes ? N’est-ce pas trop difficile avec déjà 1 500 brasseries en France ?

Je pense qu’il y a de la place pour tout le monde, avant la guerre il y avait bien 2 000 brasseries… Le marché de la bière artisanale représente qu’environ 5% du marché de la bière, donc il reste 95% à grappiller sur les industriels… Les premières ventes se passent bien. J’ai souhaité commencer par une petite production (environ 10 000 L/an) pour me laisser du temps pour la vente.

P1030206.JPG

Si tu avais un conseil pour quelqu’un qui souhaite se lancer aussi ?

Qu’il fonce, c’est une belle aventure de créer sa propre micro-brasserie ! Il faut penser à s’installer dans un endroit où l’eau est de bonne qualité, c’est l’ingrédient principal de la bière et il vaut mieux éviter d’avoir à la re-travailler avant de brasser.

Peux-tu nous présenter tes bières ? D’autres recettes sont en vues ?

Pour l’instant il y a « La Dépenaille », une blonde à 5,5%, que j’ai voulu assez légère, désaltérante, fruitée et pas vraiment amer pour pouvoir être appréciée par tous. Il y a aussi « La Minouche », une ambrée à 5,5% également, sur des notes d’agrumes. Les recettes restent évolutives, c’est un produit vivant… Bientôt il y aura une IPA, ma copine a préparé l’étiquette, qui sera pour ceux qui apprécient l’amertume.

 

Ton dernier coup de cœur ?

La semaine dernière j’ai encore bu une « Jambe de Bois » de la Brasserie de la Senne, l’une des dernières micro-brasserie de Bruxelles. Qu’elle que soit la bière, elles sont toutes bonnes dans leur gamme !

JAMBE-DE-BOIS

La bière en un mot selon toi ?

La vie !

Petite mousse entre amis ou en solo ?

Après une grosse journée de travaux, j’aime bien me boire une petite bière, mais c’est surtout un produit convivial qui se partage, la petite mousse entre amis quoi !

 

Merci encore à Mathieu! Pour plus d’informations, voir sa page Facebook.

 

Par Loren (et Matt).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑