Interview de Patrick de la Brasserie du Jugement Dernier (03)

Installé dans une partie du château de Langlard (XVème siècle) à Mazerier (03) où dans la chapelle de ce dernier trône une fresque du Jugement Dernier, nous avons rencontré  le brasseur, Patrick, dans ce lieu atypique.


Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Patrick, je suis de la région parisienne à la base, mes parents sont originaires de la région de St Étienne et de la Dordogne. Je cherchais à m’installer en Haute-Loire et l’opportunité du lieu a fait que je me suis installé ici.

P1030264.JPG

J’étais ingénieur informatique (en informatique embarquée) ce qui m’a aidé pour fabriquer mon matériel de brassage.

J’ai commencé à brasser en amateur en 2001. En 2003, on a créé une association (non officielle) avec des amis, en région parisienne avec laquelle on pouvait brasser pas loin de 100 litres par mois.

La brasserie a été créée en juillet 2018 et j’ai commencé la production en avril 2019. J’ai dû faire beaucoup de travaux dans la brasserie qui n’était pas adaptée pour cela. J’ai fabriqué pas mal de matériel moi-même pour le brassage. L’inauguration a eu lieu fin juin. Je commence à trouver mon rythme de travail et de production (entre l’offre et la demande). Mon but est de faire 300 hectolitres par an.

Je fais aussi du brassage gaulois (5-6 fois par an) lors de démonstrations mais aussi pour le CNRS sur des projets expérimentaux, pour des découvertes archéologiques. Le brassage ancestral permet de comprendre les réactions de la bière et le résultat voulu. On peut faire de la bière avec n’importe quoi qui a de l’amidon, il y a 3 méthodes :

  • endogène (en utilisant du malt d’orge…).
  • la salive (en utilisant les amylases de la salive pour les bières de manioc par exemple).
  • le champignon, (comme pour le saké) c’est la moisissure qui va transformer l’amidon en sucre.

La bière était et est encore une boisson populaire, contrairement au vin qui est une boisson pour les nobles et les élites. Il faut 20 fois moins de surfaces agricoles pour faire de la bière que pour faire du vin en sachant que celles-ci étaient jusqu’au 18ème siècle source de conflits monétaires.


Pour info le terme « cervoise » est employé jusqu’au 15ème – 16ème siècle, l’utilisation du houblon est attesté à partir du 11ème siècle de source sûre. Le mot « bière » vient du néerlandais et on a perdu le terme cervoise. Il n’y a donc aucune différence entre une bière et une cervoise, juste une différence linguistique.


 

Peux-tu nous présenter ta gamme ?

Ma gamme est bio et en Nature et Progrès, j’utilise du malt 100% Auvergne (de la Malterie des Volcans), du houblon d’Alsace et un peu de houblons étrangers.

J’ai une gamme grand public, très locale : montage-feodale-demon.jpg

L’immort’ale:  une pale ale (blonde 100% française)

La Féod’ale : une ambrée (un peu plus torréfiée)

la Glaci’ale : une Hefeweizen (bière blanche typique de Bavière)

J’ai une gamme houblonnée: montage-brutale-demon.jpg

La spectr’ale : une Américan pale ale (très houblonnée mais peu amère)

La Brut’ale : une IPA (très maltée et très houblonnée)

L’infern’ale : une double IPA (très charpentée, forte en alcool).

Et enfin une gamme traditionnelle : montage-abyssale-demon.jpg

L’ancestr’ale : une scotch ale (assez fumée, lourde)

L’abyss’ale : un stout (traditionnel irlandais avec de l’avoine et de l’orge torréfié).

 

Des projets de recettes ?

J’ai un projet de bière à 2 degrés, très légère mais avec de l’arôme. Mais aussi des cervoises que je ne vais pas tarder à commercialiser. Deux recettes à base de Gruit (mélange de plantes dont houblons) que j’ai créées dans mon chaudron mais que je vais brasser sur mon installation normale.

P1030261

 

Des collaborations en vue ?

J’aimerais faire des collaborations avec d’autres brasseurs, notamment Auvergnats comme Ourobouros, Grizzly, les voisins des Sagnes, Comboro…


Pour moi le pays de la bière est l’Angleterre,

beaucoup de styles sont originaires de là- bas.


 

Y a-t-il une bière qui t’a marquée récemment, ou une valeur sûre dans ton frigo ?

J’ai goûté pour la première fois une bière d’une célèbre brasserie anglaise depuis le temps que tout le monde en parle, avec des canettes assez onéreuses… et bien je ne comprends pas, c’est trop chimique et pas assez naturel pour moi. Ce n’est pas ma vision du brassage.72756624_396057244420331_5715775926722101248_n.jpg

Sinon récemment j’ai bien aimé celles de Lady Ale à St Pourcain (03) et de Kerampont à Lannion (22). J’apprécie aussi celles d’Ouroboros, La Pleine Lune, L’Agrivoise… ou les traditionnelles des allemands de Schlenkerla par exemple.

 

La bière en un mot ?

Céréales !

 

Es-tu plutôt « petite mousse entre amis » ou en solo ?

Ça peut m’arriver de boire tout seul mais c’est rare. Je suis vraiment « entre amis » plutôt, avec des bouteilles de 75cl pour partager largement !

 

Pour en savoir plus :

Site de la brasserie.

Page Facebook de la brasserie.

Par Matt et Loren.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑