Interview de Florent (microbrasserie Balm’)

Pour cette nouvelle interview, PMEA a rencontré Florent de la brasserie Balm’ qui a partagé avec nous sa passion pour la bière. Une passion qui s’inspire des ses origines occitanes et de son goût pour les bières anglo-saxonnes. Quand la précision et la sobriété est mise à contribution d’un savoir-faire ancestrale.

Peux-tu te présenter, ton parcours, l’historique de la brasserie ?

J’ai fait des études d’ingénieur en génie-biologique à Clermont-Ferrand où j’ai découvert le brassage de la bière. Je me suis exercé ensuite chez moi en amateur durant quatre ans. A la fin de mes études, j’ai eu un premier CDD (sans aucun rapport avec la bière) qui s’est terminé fin 2014. J’avais déjà envie de travailler dans le monde de la bière, j’ai commencé ensuite ce projet directement début 2015. Il a mis un an à se réaliser. J’ai tout appris par moi-même, sans formations spécifiques, j’ai juste participé à deux brassins avec des brasseurs professionnels pendant le montage de mon projet.

IMG_4461

 


D’où vient le nom de ta microbrasserie ?

Je suis originaire de Toulouse, je jouais au rugby à Balma à côté de la ville rose. Lorsque je suis arrivé en Auvergne pour mes études, au rugby on m’appelait « Balma », c’est pour ça que j’ai choisi ce nom. C’est un petit clin d’œil de mon histoire entre l’Auvergne et Toulouse.  C’est pour ça que sur le logo, il y a la croix Occitane sur le symbole auvergnat.

Balm


Vous êtes deux brasseurs dans les mêmes locaux (avec Franck de la Brasserie Chauriat). Comment est venue cette idée de « colocation » assez unique ?

Ça faisait deux ans et demi que j’étais dans mes anciens locaux. Franck, que je croisais beaucoup sur les événements, est venu me voir car il cherchait quelqu’un pour investir avec lui car il avait besoin de se développer, et j’avais aussi besoin d’augmenter ma capacité de production. De fil en aiguille, le projet s’est monté, jusqu’à son lancement officiel début 2019. Il a investi plus sur le matériel de production de 1 000 L (cuves de brassage/ébullition), moi sur l’embouteillage/étiqueteuse et nous avons gardé chacun nos fermenteurs. Le matériel est arrivé en mai 2019 et nous avons emménagé dans ces nouveaux locaux. C’est assez inédit comme principe, il y a des avantages (cela permet de diminuer certains frais par exemple) et quelques inconvénients (comme avec les douanes par exemple, cela a compliqué les choses au début, car on n’avait pas le droit d’être 2 entrepositaires agréés au même endroit, avant qu’une nouvelle loi soit votée, heureusement).

 

 


Peux-tu nous présenter ta gamme ?

Je suis sur des styles principalement anglo-saxon car c’est les bières que j’aime.

J’ai commencé avec quatre bières :

  • Une ale de blé (la blanche) : moitié orge/moitié blé, assez florale, douce avec une faible amertume.
  • La Pale Ale (la blonde) : plus sur des notes d’agrumes, pamplemousse et avec un peu plus d’amertume en fin de bouche.
  • L’Irish Red Ale (la rousse) : plus dans le style irlandais, avec du malt caramélisé, pain cuit, biscuit, assez douce tout de même. Elle plait à tout le monde en général, c’est celle que je distribue le plus.
  • L’Imperial stout : une bière très noire, sur le côté torréfié du malt, avec des goûts de café et de cacao.

Ensuite, sont venues s’ajouter à la gamme :

  • Une Red IPA, avec des houblons aux notes de mangue, litchi, fruit de la passion… Je la brassais que pour Noël au départ, mais vu qu’elle plait bien, je vais la faire toute l’année désormais.
  • Une IPA blonde, avec plus d’amertume, plus sur les agrumes et les fruits exotiques.
  • La dernière, La Cervoise, avec des plantes aromatiques d’Auvergne (gentiane/verveine/camomille/aspérule), une bière bien parfumée et très douce, un peu à l’opposé de ce que je fais d’habitude.

IMG_4455

 


Tu participes à La Chope du Lembron en brassant la bière du vainqueur du tremplin des brasseurs amateurs. Comment est venu ce partenariat ?

C’est en parlant avec Jean-Marc Cayla (initiateur de La Chope du Lembron et de ce concours) que je me suis lancé là-dedans. J’ai trouvé l’idée intéressante, et j’aurais bien aimé pouvoir échanger avec un brasseur pro quand moi-même j’étais brasseur amateur. C’est un partenariat qui demande un peu de temps, mais à chaque fois c’était très sympa et enrichissant, de partager nos connaissances etc… Je garde encore des contacts avec Nicolas, Florent ou Marc. Ce n’est pas forcément évident de reproduire une recette pour 20L et de passer à 1 000L mais à chaque fois, on a réussi à se rapprocher au maximum du même goût, avec plus ou moins de mal [rires] (il nous est arrivé pas mal de soucis techniques sur la dernière avec Marc, mais on en rigole désormais).


Quels sont tes projets, tes idées ?

Je vais sortir une nouvelle bière (une lager). J’ai également pas mal d’idées de nouvelles recettes en tête que j’aimerais bien produire une fois que mon stock sera rétabli. J’aimerais faire des collabs, avec des copains, avec une brasserie étrangère aussi. A chaque fois c’est très enrichissant, comme la journée avec Pierrot de Piggy Brewing Company par exemple. J’ai cette nouvelle embouteilleuse à finir de régler également pour pouvoir l’utiliser pleinement.

brasserieThepiggybrewing1piggy_logo_tache


Peux-tu nous parler de la collaboration à laquelle tu as participé le 15 février ? (lors de notre soirée anniversaire des 2 ans du blog)

Ça faisait quelque temps qu’on en parlait. On s’est retrouvé à 4 dehors un moment (Antoine de St Babel, Ju de Comboro, Jean-Marc de Lady-Ale et moi) en se disant qu’il fallait quand même prévoir ça, puis quelqu’un (sûrement moi, haha…) a lancé « pourquoi pas maintenant ?! » et puis voilà, c’est parti comme ça. On est parti dans la nuit chez Comboro brasser 300L et tout le monde a ramené quelque-chose, même Jeff de la brasserie Arverne qu’on a réveillé ! C’était un bon moment, la bière s’appellera la « No Respect » ! (rires)

86733803_2624984951058428_2079617727294603264_o
Julien (Comboro), Antoine (St Babel), Florent et Jean-Marc (Lady Ale)

 


S’il y avait une brasserie avec qui tu souhaiterais faire une collab. ?

Mon rêve serait avec une belle brasserie craft anglaise, comme Cloudwater, Northern Monk, Camden Town Brewery… ou n’importe quelle autre petite brasserie dans le pur style anglo-saxon.

 

 


Une bière qui t’a marquée récemment, une brasserie coup de cœur ?

La NEIPA collab. de Cloudwater et Brewdog, j’ai commandé ça spécialement et c’est de la vraie purée ! En amateur sinon, j’aime bien ce que fait Florent Maume (du Brasse Band), à chaque fois qu’il me fait goûter quelque chose, c’est intéressant !

Une petite pensée aussi pour la première bière artisanale que j’ai goutée : la choue rousse (Brasserie de Vauclair) qui m’a donné envie de réaliser ma première recette en amateur (une rousse) et que je brasse encore aujourd’hui avec plusieurs affinements par rapport à ma recette initiale.

 

unnamed
www.la-choue.com

 


Si tu devais qualifier la bière en un mot ?

C’est bon ! (rires)

 


Es-tu plutôt « petite mousse entre amis » ou « petite mousse en solo » ?

Petite mousse entre amis plutôt ! Je fais les deux, mais quand on boit un verre entre collègues, c’est bien plus sympa !

 

Microbrasserie Balm’
52 Avenue d’Aubière, 63 800 Cournon-d’Auvergne
www.microbrasserie-balm.com

 

Merci à Florent de nous avoir accueilli au sein de sa belle brasserie!
Par Laurent & Loïc

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑